Quelques définitions :

Thierry Noben architecte crèche de Hobscheid
  • Maisons climatiques : ne retiennent que l’influence du climat (se protègent passivement de ses inconvénients, valorisent toujours passivement ses atouts). Strict quant aux déperditions thermiques et à la consommation d’énergie. Elles jouent donc essentiellement sur une très bonne isolation de l’enveloppe.
  • Maisons « solaires » : précurseurs des maisons bioclimatiques, elles n’utilisent que le soleil direct comme solution d’économie d’énergie.
  • Maisons bioclimatiques : reposent sur l’idée que l’édifice peut, par le choix de son orientation et sa conception, tirer le maximum d’énergie des éléments naturels et en particulier du climat et de la topographie locale.
  • Maisons passives : elles répondent à un standard d’économie d’énergie.
  • Maisons « positives » : maisons dont le bilan énergétique est positif, elles produisent plus d’énergie qu’elles n’en consomment (via des capteurs photovoltaïques sur le toit, chauffage solaire surdimensionné, chaufferie bois…). Ce type d’habitation demande un investissement initial très important.
  • Maisons saines (ou « bio construction ») : la maison saine est avant tout une maison dont les matériaux (tous naturels) sont choisis pour leur faible impact supposé sur leurs habitants.