Le déphasage.

architecte thierry noben

Dans les régions chaudes, le temps de déphasage, c’est-à-dire le temps qui est nécessaire à la chaleur pour traverser un isolant (en clair transmettre une température d’un côté à l’autre de l’isolant), est un facteur important à prendre en compte surtout avec le réchauffement climatique. Le déphasage joue un énorme rôle pour le confort thermique d’été de l’habitation.

Dans les régions où les températures estivales sont élevées, entrainant des surchauffes, il faudra privilégier un isolant ayant un déphasage d’au moins 10 heures à 12 heures, ce qui est le cas de la ouate de cellulose (3 à 4 heures pour les laines minérales).

Pour un excellent confort d’été, outre le pouvoir isolant, il est important de considérer la capacité thermique spécifique des matériaux isolants. Plus cette valeur est élevée et plus le matériau peut accumuler de chaleur, il préserve ainsi plus longtemps la fraîcheur de l’habitation.

Le déphasage thermique dans un élément de construction est une donnée déterminante pour le confort d’été, car il indique combien de temps après le pic de chaleur de la journée, la face interne de l’isolant atteint sa température maximale.

Le déphasage thermique devrait être d’au moins 10 heures.

Le déphasage est donc le temps qu’il faut à la chaleur pour pénétrer à l’intérieur de l’habitat. Une isolation satisfaisante permet souvent de ne pas utiliser de climatisation particulièrement coûteuse en termes d’environnement surtout l’été lorsque les centrales nucléaires sont en arrêt ou en phase de maintenance.

Par exemple, 20 cm de laine de verre qui sont juste suffisants pour limiter les déperditions de chaleur d’un logement sont inefficaces pour le confort d’été, en effet, il faudrait mettre 0.85 mètre de laine de verre pour éviter le réchauffement solaire dans la maison !